« Mandarine season », les enfants. Rendons-lui un discret mais néanmoins vibrant hommage.

Tu pensais que je ne savais pas dessiner de natures mortes hein, lecteur/trice sceptique ? Ben tu vois, t’avais raison. Je te laisse sortir le champagne.

mandarine.jpg

 

photo1.jpg

 

011.jpg

 

021.jpg

 

Je sais ce que vous allez me dire : « p’tain, elle a vraiment du temps à perdre celle-là ». Alors déjà non. Pas vraiment. Ensuite, je ne vois pas en quoi aller dans un bureau pour mettre des chiffres dans des cases par exemple serait tellement plus constructif que d’observer ma mandarine. C’était la plus jolie en plus. Elle était unique.
Et très bonne.

Bande de jaloux/ses.

signature3.jpg

  

9 réponse(s) au billet

Souscrivez à ce billet : commentaires rss ou trackback url
Bob said, novembre 30th, 2007 at 6:52

Sujet minimaliste aujourd’hui, c’est reposant. Mais. Il y a aussi celui qui épluche son fruit avec ses doigts, et qui sent chaque morceau avant de le déguster. Y aurait-il un lien avec le sexe? :)

Pour pas faire trop simple, la personne qui prend son temps pour manger sa mandarine et qui l’apprécie, serait-elle plus susceptible d’agir de la même façon avec sa/son partenaire, … au lit? Contrairement à l’autre qui bouffe sans goûter?

gael said, novembre 30th, 2007 at 8:30

D’un autre côté bouffer rapidement une mandarine sans l’éplucher ça doit pas être terrible.

Karaz said, novembre 30th, 2007 at 9:26

Ce n’est pas un sujet minimaliste.
Les petites choses infimes du quotidien peuvent être des révélateurs pour qui sait prendre le temps.

Pis tout relier au cul… pfff. Freud ça va bien deux minutes, mais ça ne suffit pas pour expliquer tout.

STV. said, novembre 30th, 2007 at 11:55

* Regarde dans le frigo et ne vois aucune mandarine. Mais y’a une tarte au pommes. C’est déjà ça…*

Karaz said, novembre 30th, 2007 at 1:29

Ouais mais bon, vas-y pour peler une tarte aux pommes.

Bob said, novembre 30th, 2007 at 3:45

Manger lentement une banane sans l’éplucher, ça doit pas être terrible non plus. Sans lien avec le sexe. :)

alexxyane said, novembre 30th, 2007 at 6:32

Bon alors sur ce qui est ici, je m’exprime ici quant à moi. :D

D’abord, j’aime bien ce sujet et la réprésentation que tu as faite.
Personnellement je suis fascinée par les pelures d’agrumes, oui, oui c’est sans doute un peu ridicule mais par exemple j’aime bien réussir la pelure parfaite (c’est-à-dire sans que la spirale soit brisée). Un sentiment artistique. Pas moins.

ET drôle de coïncidence : la semaine passée je suis allée à l’expo du peintre Pierre Alechinsky, à Bruxelles; je sais pas si tu connais mais il se trouve que celui-ci a, entre autres, beaucoup puisé d’inspiration dans les pelures d’orange, tout comme un de ses amis sculpteur (dont le nom m’échappe à l’instant présent..).
Quand on voit les toiles d’Alechinsky, je trouve qu’il est difficile de nier la puissance potentielle artistique des pelures d’agrumes.

Karaz said, novembre 30th, 2007 at 7:12

Je ne connais pas du tout non. Mais c’est vrai que depuis enfant, les pelures d’agrumes me fascinent. C’est très ludique en fait.
Et j’étais impressionnée hier de voir le nombre de manières différentes de peler une mandarine qui existent.
Alors je voulais le dire.

Alors je l’ai dit. :)

Je Rêve said, novembre 30th, 2007 at 9:52

‘tain, tu m’as piqué mon idée !
Et pis une mandarine qui s’épluche mal, qui fait plein de petites pelures, ça gâche le plaisir de la dégustation, aussi, j’voulais dire.

Votre réponse au billet

;-) :siffle: :rougir: :roll: :radote: :pleure: :ouch: :ooo: :nameho: :mrgreen: :lol: :lalala: :huhu: :hinhin: :haha: :god: :fleurs: :evil: :chinois: :cavapas: :bisou: :_( :P :-| :-S :-O :-D :-( :)