Aaaaah, les cours de l’uni…

 

piou.jpg

 

 

Et sinon, affichette vue à différents endroits dans le quartier des Grottes à Genève (malheureusement les photos sont floues et j’en suis désolée…). Ca a son charme. ;-)

 

abcd0010.JPG

 

abcd0009.JPG

  

27 réponse(s) au billet

Souscrivez à ce billet : commentaires rss ou trackback url
jess' said, février 27th, 2008 at 7:26

on vous emmerde et ça va chier…
ça a son charme ?

ça m’fait un peu froid dans l’dos ce slogan et cet emblème.

Karaz said, février 27th, 2008 at 9:38

Haha. Moi j’adore.
Elles évoquent quand même des cas de harcèlement sexuel ou de viol sur l’affichette, donc leur réponse me semble appropriée.
Les femmes restent souvent trop polies face à ce genre de situations à mon goût.

M'dame Jo said, février 27th, 2008 at 9:56

C’est vrai que c’est assez agressif, comme slogan. Mais se faire traiter de « sale pute mal baisée, tu veux ma bite dans ton cul, connasse » parce que non, je ne m’appelle pas « He! Mademoiselle », c’est pas mal agressif aussi, hein.

Furzy said, février 27th, 2008 at 10:20

mouais, trop haineux à mon gout…

Karaz said, février 27th, 2008 at 10:23

@furzy
Je n’y vois pas de haine, mais de l’autodéfense.
@M’dame Jo
Oui clairement, le soir (et pas seulement) on rencontre des mecs spécialement agressifs ou sexuellement auto-allumés que rien ne calme, à part une « violence » réciproque ferme et affirmée. Dans mon expérience du moins.
Donc je réitère, je trouve génial. :-) Mais basique en fait. Même pas agressif, juste basique.

Furzy said, février 27th, 2008 at 12:22

@Karaz: ouais peut-être mais je continue à trouver trop agressif :)

Karaz said, février 27th, 2008 at 12:26

Tu te sens visé peut-être ? ;-) Huhuhu.
Je crois que dans des situations d’agression, a priori à mon sens ça ne sert à rien d’être gentille.
Bisoux !

M'dame Jo said, février 27th, 2008 at 1:33

Ah non, pas que le soir. Le cas que j’avais à l’esprit c’était en bas de chez moi en pleine après-midi, par un groupe de 4 ou 5 roquets même pas bourrés.

Emelire said, février 27th, 2008 at 1:35

c’est génial ! mais comment Karaz, on t’a pas appris à tendre l’autre joue (ou l’autre sein ou l’autre fesse ?) de toutes façons, on reprochera toujours à une femme de se défendre alors, tout ce qui peut empêcher les hommes d’avoir tous les droits sur nous dérange. Ce qui dérange c’est pas qu’on nous agresse, c’est qu’on se défende ^^ Y’a pas de neutralité de toutes façons, si on ne prend pas parti pour la femme agressée on prend obligatoirement le parti inverse. Si un Noir disait « ça va chier » aux racistes parce qu’il se fait agresser, qui oserait le rabrouer sur son blog ou son forum antiraciste ? Mais quand il s’agit des femmes alors là, faut pas se gêner pour leur dire de subir sans se révolter … c’est bien pour ça que je suis féministe.

Karaz said, février 27th, 2008 at 1:42

@M’dame Jo
L’union fait la force, c’est bien connu. Les cons se réunissent souvent en bande pour faire chier les passantes.
@Emelire
Au contraire même, dans le cas du racisme on applaudirait celui ou celle qui répond violemment à ses agresseurs !

Emelire said, février 27th, 2008 at 1:45

Mais si ça sert beaucoup d’être gentille voyons, pour que le viol se passe bien, enfin se transforme pas en boucherie supplémentaire, tout faire pour que le cadavre (en cas de menace de mort l’idée du cadavre s’impose et de la manière dont ça va se passer) donc que le cadavre soit le moins abimé possible, pour soi même, pour sa mère, que ce cadavre ne la traumatise pas trop par les marques qu’il porte. Et si finalement ce n’est pas la mort au bout … ben tu vois finalement il était pas si méchant, merci merci ! pfff et après ça il faut lire des leçons de pseudo humanité plus haut, sur notre agressivité féministe… Je me marre …

Emelire said, février 27th, 2008 at 1:46

Oui Karaz pour le racisme c’set tout à fait ça, et je suis d’ailleurs bien d’accord avec ceux qui luttent contre le racisme et j’espère que le sexisme, lui aussi, sera un jour condamné comme l’est le racisme (même si des progrès dans la pratique sont encore à faire !)

jess' said, février 27th, 2008 at 4:54

pas eu trop le temps de trop m’étendre ce matin, mais ce que j’ai lu sur cette affiche est exactement le genre de discours que je trouve un peu agresso et que je n’aime pas trop lire/entendre hors contexte.

Même si je désapprouve certains comportements masculins, je ne me sens pas proche non plus de l’agressivité hors contexte.

on peut aussi ne pas être féministe et pour autant ne pas être une femme qui a envie de subir.

et je peux aussi très directement et personnellement être concernée par le racisme sans en faire mon cheval de bataille et sans apprécier certaines choses dites sur le papier.

Ce qui me surprend dans cette affichette, ce n’est pas ce qui est inscrit, la plupart des femmes ont effectivement connu ça…nan ce qui me suprend c’est ce slogan et ce dessin volontairement agressif…et je trouve, mais encore une fois ce n’est que mon avis, que ça dessert la cause plus que ça n’y contribue.

Karaz said, février 27th, 2008 at 5:39

Et ton avis est respectable et se défend, bien sûr. Pour ma part, je me sens concernée par cette agressivité et j’y participe certainement. Et je m’y reconnais, aussi. :-)

Furzy said, février 27th, 2008 at 6:37

Tiens, l’analogie entre le sexisme et le racisme me parle beaucoup plus. je comprend beaucoup mieux votre point de vue du coup.

Emma said, février 28th, 2008 at 2:06

jess: « on peut aussi ne pas être féministe et pour autant ne pas être une femme qui a envie de subir. »

petite (j’ai dit petite) définition : Le féminisme est un ensemble d’idées politiques, philosophiques et sociales cherchant à promouvoir les droits des femmes et leurs intérêts dans la société civile. La pensée féministe vise en particulier l’amélioration du statut des femmes dans les sociétés où la tradition établit des inégalités fondées sur le sexe

donc si t’es une femme qui n’a pas envie de subir quelque part t’es bien féministe… tu sais le féminisme c’est pas un gros mot… Je sais pas pourquoi quand on dit qu’on est féministe on est toute suite classé genre castratrice frustrée chienne de garde etc…
Je comprend pas comment une femme aujourd’hui peut se dire non féministe… aux dernières nouvelles l’égalité on l’a toujours pas.

jess' said, février 28th, 2008 at 7:40

et bé soit…ta définition du féminisme est correcte et correspond au monde d’aujourd’hui…sur la théorie je suis d’accord.
En pratique, je refuse d’adhérer par exemple à cette affichette que je ne trouve pas terrible et qui si elle fait évoque une idée féministe, me fait dire que je n’ai absolument pas envie de me déclarer comme telle.
voilà aussi par quel biais on peut aussi ne pas apprécier cette étiquette.

Je ne conteste pas le féminisme et la défense des droits des femmes, manquerait plus que ça…à ma connaissance j’en suis une de femmes, je ne conteste donc pas le fond mais bel et bien la forme.
si on ne veut pas que le féminisme soit synonyme de gros mot, castratrice et frustrée…y a du boulot encore puisque même les femmes peuvent ne pas se reconnaitre sur la forme de certaines actions féministes (alors j’ose même pas imaginer l’impact sur les hommes).

Karaz said, février 28th, 2008 at 9:41

@Emma
Dans mes bras !

@Jess’
Là où tu te trompes, c’est qu’il n’y a pas UN féminisme, mais plusieurs. Et chaque femme est unique (chaque homme aussi, évidemment).
Il n’y a pas un « regroupement femelle » avec un consensus parfait sous prétexte que chacune des adhérentes aurait un vagin. Ca ne marche pas comme ça.
Les féminismes sont nombreux et souvent en désaccord les uns avec les autres. C’est ce qui fait leur richesse.
On peut défendre ses droits de femme (et surtout d’humaine !) de bien des façons et par bien des biais.

bluedream said, février 28th, 2008 at 10:35

j’adore le slogan et surtout le logo, ils sont tellement agressifs, presque des caricatures, que je leur trouve un certain charme.
De l’impact aussi, forcément, ils se remarquent, mais du fait de leur « violence » (peut-être justifiée dans certains cas de drague excessifs ou remarques machos), sont-ils crédibles et leur message est-il réellement perçu ?
Là j’ai un doute.

Karaz said, février 28th, 2008 at 4:44

Absolument.
Disons que j’aime et le slogan et le logo encore une fois. Mais le fond est léger bien sûr, dans la mesure où ce n’est pas supposé être une analyse sociologique de fond (ou psychosociale), mais juste un cri de colère j’imagine.
Et j’admire les coups de gueule, surtout quand j’estime qu’ils sont justifiés.

Après, sur le fond l’analyse du harcèlement est très complexe et ne tiendrait bien sûr pas sur une petite affiche.

bluedream said, février 28th, 2008 at 6:19

ça me paraît être un peu trop travaillé et réfléchi pour n’être qu’un coup de gueule d’une nana en colère
rien que pour faire le logo, faut du temps, n’est-ce pas Mlle Photophopette ?

Karaz said, février 28th, 2008 at 6:22

Coup de gueule et réflexion ne sont pas antithétiques. Donc je persiste à penser qu’il s’agit d’une forme de colère qui a fait émerger ces réflexions.
Mais qu’elles sont incomplètes, bien qu’intéressantes.

Et la colère peut être collective.

jess' said, février 28th, 2008 at 6:25

je ne me trompe pas…Et je n’aime pas les étiquettes en général et donc pas celle de féministe non plus…j’aime autant me ranger dans la catégorie femme tout simplement sans ce -iste…ça me va.

après, j’crois que chacun fait selon ce qui l’inspire.

Karaz said, février 28th, 2008 at 6:32

J’ai dit « tu te trompes » parce que j’ai pensé naïvement que peut-être tu ne connaissais pas vraiment les mouvements féministes dans leurs détails, leurs genèses et leurs prises de position.
Le but n’était pas du tout de te descendre, mais c’est juste que bien souvent les féministes et les féminismes sont stigmatisé-e-s, certaines personnes étant dans la certitude qu’elles savent ce que sont ces dits mouvements sans jamais s’être même informé-e-s.

Bref… C’est parfaitement ton droit de ne pas te déclarer féministe. Pour ma part « femme » ne suffit pas à me définir, d’autant que ce terme véhicule bon nombre de qualificatifs plutôt dévalorisés malheureusement.
« Féministe » non plus bien sûr ne peut pas définir entièrement un individu, mais il présente pour moi l’avantage de traduire un parcours réflexif et un certain nombre de valeurs acquises, ainsi que des choix de vie, que ne peut pas traduire le terme « femme » qui n’est jamais qu’un « trait » biologique en premier lieu.

Salutations. :-)

Emelire said, février 28th, 2008 at 10:32

et avec antiraciste … est-ce que le « iste » passe mieux ou pas que dans « féministe » ;o) ? féministe c’est comme anti-sexiste mais en insistant sur le fait que ce sont globalement les femmes qui souffrent de discriminations dans tous les domaines … Quant aux Chiennes de garde, ben grâce à elles il y a quand même moins d’insultes publiques sur les femmes … et maintenant quand un Devedjian lâche « salope » en parlant d’une femme politique, les journalistes eux mêmes réagissent en parlant de sexisme ! Enfin, les Chiennes de garde jouent un rôle de vigilance. Le nom est un peu provoc’ mais il se retient et puis bon hein, les machos z’ont qu’à pas nous embêter … (et Lucky Luke était ma BD favorite étant gamine : mais je m’identifiais au cheval Jolly Jumper ;o)

alexxyane said, mars 1st, 2008 at 3:49

Je comprends parfaitement cette réaction en bas de l’affiche, si « malpolie » peut-elle sembler.
D’une part, pour les gens que ce registre lexical dérange, je crois profondément qu’il faudrait faire gaffe à ne pas amalgamer le degré, le registre, de violence, d’agressivité, de part et d’autre, à ne pas les mettre sur le même plan, parce que ce ne serait pas honnête, tout simplement.
Les femmes victimes de violences, d’abus en tous genres, ne disent pas là qu’elles vont faire la même chose à leurs agresseurs. Je pense que c’est important de souligner ceci contre l’argument infondé qui induirait : « ha oui, vous agissez de la même façon que ceux que vous combattez, donc ? bravo, hein. »
Elles répliquent par LEUR parole, celle qu’elles choisissent, par ce qui s’appelle de la réflexion (oui, parce que l’annonce ne se réduit pas à ce qu’on lit en bas, ce qu’on lit en bas est une forme exclamative qui symbolise la volonté de réaction) et une mobilisation probablement associative.
Et elles s’adressent aux agresseurs, pas à l’ensemble de la gente masculine.
C’est de la très légitime défense, somme toute.
Et je dirais exactement la même chose s’il s’agissait d’hommes victimes de violences (qui existent, d’ailleurs).
Je ne vois pas au nom de quoi on leur enlèverait même ce droit-là, ou tout du moins on s’en offusquerait. Parce que c’est des gros mots ? Ohlala.

D’autre part, comme certaines d’entre vous l’ont souligné, je pense qu’on ne le répétera jamais assez, tant que cette confusion durera comme c’est manifestement le cas : LES féminismes, ou mouvements féministes, ne sont pas tous à mettre dans le même sac; beaucoup sont en contradiction. Je suis personnellement très opposée à certaines formes de lutte féministes pour soit disant l’égalité des sexes quand elles contiennent de façon avérée de l’intolérance aux autres (hommes ou femmes, qu’importe), du rejet destructif outrepassant le droit de défense (lequel peut, et même certainement doit, passer par des coups de gueule, bis repetita) comme lieu et place à l’acquisition de droits, plus que de l’affirmation revendicative égalitaire.
Parler d’UN « féminisme » est, de fait, un non-sens.

perception said, août 24th, 2014 at 2:09

perception

Karaz

Votre réponse au billet

;-) :siffle: :rougir: :roll: :radote: :pleure: :ouch: :ooo: :nameho: :mrgreen: :lol: :lalala: :huhu: :hinhin: :haha: :god: :fleurs: :evil: :chinois: :cavapas: :bisou: :_( :P :-| :-S :-O :-D :-( :)